Proposer, informer, défendre J’adhère
Webmaster
Proposer, informer, défendre
Webmaster
J’adhère

CRF, SSR ou prise en charge des patients en ville ?

Quand un patient, suite à une opération chirurgicale, nécessite des soins ou une rééducation, ses médecins l’aiguillent principalement vers des centres de réadaptation fonctionnelle (CRF) ou des SSR (soins de suite de réadaptation). Cette orientation quasi systématique ne correspond pas toujours aux besoins du patient mais résulte d’un certain nombre de facteurs. Le rôle des CRF et SSR reste primordial pour les pathologies lourdes, mais les patients plus « légers » doivent être traités en ville. Redéfinir le rôle de chacun reste un enjeu de santé publique essentiel pour une meilleure prise en charge des patients et une approche économique vertueuse. Décryptage.   Economie globale et effet domino Améliorer l’orientation du patient nécessitant des soins de masso-kinésithérapie s’avère essentiel. Un patient ne doit être traité en centre de rééducation fonctionnelle que lorsque cela s’avère nécessaire. Dans le cas contraire, une prise en charge en ville doit être favorisée. Explications. Désengorger les CRF et les SSR : une nécessité Orienter certains patients vers des cabinets libéraux permet de libérer des lits dans ces centres. Les places vacantes pouvant être allouées à des patients plus « lourds » (polytraumatisés, traumatisés de la moelle épinière, traumatisés, neurologies lourdes…), trop souvent maintenus dans des lits d’attente ou contraints de rester chez eux dans des HAD mal adaptés. Les lits d’attente ainsi libérés pourraient à leur tour être affectés en lits de moyen séjour destinés à accueillir les personnes âgées ou dépendantes. Là où la demande reste très forte. Une maîtrise médicalisée des dépenses d’assurance maladie Une offre de soin ambulatoire alternative économiquement plus intéressante et techniquement plus appropriée permet de dégager de vraies économies tout en garantissant un soin d’égale qualité. Expérimentation du Prado : une réponse certes, mais insuffisante La sécurité sociale, en vue d’accompagner la sortie de maternité de la mère et de son enfant, a développé un dispositif : le Prado. Il s’agit d’une offre d'accompagnement du retour à domicile des patients hospitalisés. A titre expérimental, la sécurité sociale tente depuis 2012 d’étendre ce dispositif aux patients nécessitant des soins de suite ou de réadaptation. Objectif : proposer une alternative à l’hospitalisation. Mais le Prado reste une réponse administrative, sans réelle pertinence médicale, elle ne couvre pas l’exception.
J’adhère J’adhère